12.9 C
Paris
jeudi, mai 30, 2024
spot_img
AccueilArt et CultureFarenheit 451 de Ray Bradbury 

Farenheit 451 de Ray Bradbury 

Récit d’anticipation paru en 1953 et porté à l’écran par François Truffaut en 1966 et en 2018 par Ramin Bahrani.
Que vous aimiez les récits de science-fiction ou non, vous serez passionnés par ce roman aux échos très contemporains.

Pourquoi ce titre ?

Farenheit 451 (233° Celsius) est, pour l’auteur, la température de combustion d’un livre.

Dans une société censurée, hyper contrôlée, totalitaire, où la lecture est interdite et où domine l’image imposée par le pouvoir sur les écrans géants des façades et les murs des appartements, la mission des pompiers est de brûler les livres interdits.

Fahrenheit-451 Destination Luxe

Pourquoi les livres ?

Parce qu’ils empêchent les humains d’être heureux. La poésie rend triste, la philosophie incite à la critique, l’histoire, à la réflexion. Donc, pour le bonheur des citoyens, des brigades de pompiers pyromanes brûlent au lance-flamme leurs livres, leurs maisons et s’ils résistent, on les brûle aussi.

Fahrenheit451 Film Destination Luxe

Montag, un pompier exécute les ordres, jusqu’au jour où il sauve des flammes un livre et l’emporte. Il le cache et le lit en secret.
Sa femme le dénonce. Il est contraint, par son capitaine de brûler sa propre maison.

Après avoir immolé son chef, et avoir échappé à la poursuite du redoutable robot limier, il réussit à se sauver.
Il est accueilli, loin de sa ville, par un groupe de marginaux lettrés qui ont la faculté de garder en mémoire chaque livre lu. Il rentre, avec eux, en résistance pour sauver la Culture.

Tandis que, de loin, ils assistent à la destruction de leur ville par les bombardements de la guerre, Montag et ses amis, fuyant cette société, marchent vers le Nord, décidés à transmettre leur savoir et à faire valoir la solidarité et l’entraide entre les humains.

Comment ne pas penser, à la lecture de ce roman-fiction, à notre société actuelle, à l’emprise des nouvelles technologies, de l’omniprésence des caméras (reconnaissance faciale, loft stories, influenceurs, etc.) et des réseaux sociaux: Facebook, Instagram, tweeter et autres diffuseurs investigateurs de notre vie privée.Quant aux livres, délaissés pour un monde entièrement tourné vers l’image, ne vont-ils pas, lentement, mais inexorablement disparaître de nos rayonnages… sans feu ni flammes ?

A Lire Aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!
- Publicité - pub

Les Plus Populaires

- Publicité - pub
error: Ce contenu est soumis aux Droits d auteur.